Actualités

Que s’est-il passé pour étouffer les manifs à Kankan? Un des leaders fait des révélations

0

Après des mois de protestation contre le manque de courant électrique, les jeunes pour l’électrification de la Haute-Guinée, ont décidé, il y a quelques jours, de suspendre définitivement les manifestations de rue. Pourtant, leur principale réclamation qui est l’aménagement d’un barrage hydroélectrique pour la région est loin d’être satisfaite. Ce revirement brusque et paradoxal a suscité la curiosité de la rédaction d’Actujeune.com.

Nos échanges avec les leaders de la contestation révèlent que cette décision est intervenue sous des « intimidations » de la part des autorités préfectorales.

L’un des leaders du mouvement nous a fait de graves révélations ce mardi. Il nous a confié qu’à l’entame, les négociations qui avaient été initiées par un sèrè de la localité avaient abouti à la « suspension temporaire » des manifestations de rue et non « définitive ». 

« Chez nous, la manifestation n’a pour l’heure pas été définitivement stoppée. Parce que la base de la négociation c’était de suspendre la manifestation jusqu’à l’arrivée de Dr Diané (ministre de la défense ndlr). Et à l’issue des échanges avec ce dernier on allait décider de l’avenir de la lutte. C’est la déclaration que nous avons faite au niveau des médias locaux », a-t-il expliqué. 

Puis de poursuivre : « Après ils nous ont appelés le dimanche 06 septembre, puisqu’on a des camarades détenus, que ceux-ci allaient être libérés. Nous sommes restés dans le bureau du préfet même, ils ont envoyé des militaires et nous ont menacé de toutes les manières. Alors on étaient obligés là-bas, de dire que la manifestation était définitivement stoppée pour nous permettre de quitter les lieux, mais aussi d’obtenir la libération de nos camarades de lutte, parce que tous les leaders du mouvement y étaient aussi. »

Faut-il s’attendre à une reprise des manifestations ? 

La partie est loin d’être jouée, à en croire notre interlocuteur. Après avoir obtenu la libération ce mardi de leurs camarades qui étaient détenus, les manifestations pourraient reprendre prochainement. 

« Puisque nos camarades ont été libérés aujourd’hui, nous allons nous retrouver prochainement pour discuter de comment nous allons procéder, si non la manifestation n’est pas définitivement stoppée, mais nous n’avons rien décidé pour le moment », souligne-t-il, en requérant l’anonymat.

Abdoulaye KABA

Présidentielle du 18 octobre : Siaka Barry rejette l’offre d’Alpha Condé

Previous article

Situation en Guinée et au Mali: Sidya Touré dénonce une « différence de traitement » de la CEDEAO

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités