Actualités

Les candidats au Bac dans les lycées français non homologués en Guinée et ailleurs crient à la discrimination

0

La rédaction d’Actujeune.com a été saisie de cette situation ce mercredi. Les élèves en terminale dans les lycées français non homologués, se trouvant hors de la France, comme en Guinée, dénoncent une discrimination quant à la tenue du baccalauréat, qu’ils devraient passer en septembre 2020. Ils réclament les mêmes traitements que leurs camarades de la France qui eux, ne passeront aucune épreuve du bac et auront les résultats du contrôle continu en juillet.

Les lycées français non homologués, se trouvant sur le territoire français, pour boucler l’année académique, seront dispensés du baccalauréat, pour raison de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19. Les candidats ne passeront aucune épreuve. En lieu et place du bac, le contrôle continu sera pris en compte et les résultats de ceux-ci leur seront délivrés au mois de juillet. La décision a été annoncée par le ministre français de l’éducation, Jean Michel Blanquer, au mois de mai dernier. 

Par contre, leurs homologues des lycées hors contrat, dans les autres pays, devront passer le baccalauréat en Septembre. Un traitement que ces derniers dénoncent et qualifient de « discriminatoire». Pour le cas de la Guinée, au moins quatre établissements scolaires sont concernés. 

Une élève de nationalité guinéenne en terminale au lycée Bah-Kane de Conakry, se retrouve dans ce lot. Elle nous indique que si la situation ne change pas, cela pourrait impacter négativement ses projets académiques post baccalauréat.

« Nous ne comprenons pas cette discrimination envers nous. Pourtant nous remplissons tous les critères pour passer le bac en contrôle continu. Passer le bac au mois de septembre ne nous assure pas la continuité pédagogique et cela aura des conséquences sur nos projets post bac. Certains parmi nous ont déjà été acceptés par des universités étrangères et n’attendent que la validation du bac. Personnellement j’ai été acceptée par l’université de Saint-Étienne et la rentrée est prévue au mois de Septembre. Même si on a le bac, les résultats sont donnés après trois semaines. Il y a également la démarche pour le VISA. On ira peut-être en accusant trois mois de retard. Comment on fera pour les contrôles à l’université vue que c’est notre première année? Il y en a même d’autres qui ont choisi des universités au Canada et ailleurs, où la rentrée c’est au mois d’août. C’est compliqué pour nous », nous a-t-elle confié. 

Pour l’heure, ces étudiants issus de plusieurs pays, comme la Guinée, le Maroc, le Luxembourg, ont lancé une pétition. Voie par laquelle ils espèrent se faire entendre et bénéficier du même traitement que leurs camarades de la France.

Ci-dessous le lien de la pétition 

http://chng.it/YsP69pfh

Abdoulaye KABA

Mort de George Floyd : l’ambassadeur des USA en Guinée évoque la nécessité d’une justice pour réaliser la paix (Déclaration)

Previous article

L’UFR de Sidya Touré en souffrance : Vague de démissions au sein de l’appareil du parti

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités