Actualités

Kankan : Interdit de prêcher et de diffusion de ses prêches partout à Kankan, l’érudit Karamo Solo dénonce un complot

0

L’érudit de Kankan, Elhadj Souleymane Sidibé « Karamo Solo », président de l’association Nourdine Islam, se trouve depuis quelques temps au centre d’une polémique à Kankan. Alors qu’il avait été blanchi le 20 avril, par le préfet Aziz Diop, de certaines accusations portées contre sa personne, évoquant une opposition de sa part à l’interdiction de grand regroupement, décrétée par Alpha Condé, une décision de mise en garde de sa personne, signé par le même préfet, lui a été adressée deux jours plus tard, le 22 avril dernier. 

Celle-ci lui interdit tout prêche pendant cette période de confinement et interdit la diffusion et la rediffusion de ses prêches sur toutes les radios privées et publiques de la ville. Il lui est également demandé de présenter des excuses publiques à toute la population de Kankan. Face à cette situation, Karamo Solo dénonce une manœuvre visant à ternir son image.

Tout serait parti d’une vague d’informations qui s’est emparée de la ville de Nabaya dans la deuxième moitié du mois d’avril. Certains médias auraient rapporté que l’érudit a procédé à un regroupement de plusieurs personnes dans le cadre de ses prêches. Une activité de nature à s’opposer aux décisions du président Alpha Condé, notamment l’interdiction de regroupement au-delà de 30 personnes. Aussitôt informée, la première autorité de la ville, le préfet, à l’époque Aziz Diop, a convoqué le 20 avril une réunion à laquelle ont pris part le mis en cause, Ehadj Souleymane, les autorités islamiques de la ville, des sages et d’autres autorités administratives. Après toutes les explications, le préfet Aziz Diop a indiqué que les accusations contre Karamo Solo n’étaient pas vraies pour manque de preuves tangibles. L’érudit a donc été blanchi, et il lui a été demandé de faire une communication à travers les radios, afin d’informer la population sur la suite de l’affaire.

La préfet revient à la charge

Deux jours plus tard, une décision du préfet Aziz Diop est émise et elle met en garde Karamo Souleymane Sidibé. Elle interdit la diffusion et la rediffusion de ses prêches dans toutes les radios privées et publiques, lui demande également de présenter des excuses publiques à toute la population de Kankan, mais de surcroît de rendre le thermoflash qui lui avait été remis, le 20 avril, à l’occasion de la levée des sanctions.

(Copies de la décision)

L’érudit dénonce une certaine manœuvre

Joint au téléphone par notre rédaction, depuis son village natal, Karamo Solo s’est prêté à nos questions. Pour sa part, il indique qu’il se plie à la décision du préfet et qu’il ne fait montre d’aucune résistance depuis la date à laquelle il a reçu la note officielle et soutient également qu’il n’a appelé à aucun regroupement depuis l’interdiction par le président, contrairement à ce que disent ses détracteurs.

« J’ai fait près de 13 ans je regroupe plusieurs milliers de personnes pour prêcher la bonne parole. Depuis le décret interdisant les regroupements jusqu’à date je n’ai jamais regroupé qui que ce soit. Au lendemain du décret j’ai fait un communiqué pour suspendre les regroupements au compte de mon association Nourdine jusqu’à ce que les autorités lèvent l’interdiction. Le préfet Aziz Diop m’a même fait savoir qu’il l’a écouté et m’a félicité. A la première convocation, le préfet a demandé que des preuves soient apportées, mais malheureusement, ils n’ont pu apporter aucune preuve tangible et j’ai été blanchi ».

Puis poursuit-il : « C’est à la suite de cela qu’Ibrahima Kalil Kaba est allé rencontrer son père Karamo Bangaly Kaba, premier imam de Kankan et inspecteur régional de la ligue islamique. Deux jours plus tard, ils sont allés menacer le préfet que s’il ne fait pas ce qu’ils veulent, ils lui créeront des ennuis dans la ville. C’est ainsi qu’à mon fort étonnement, j’ai reçu une nouvelle convocation de la part du préfet. Arrivé, le préfet m’a dit de me calmer, et de faire preuve de patience face à tout ce qu’il y a contre moi dans la ville. De m’en remettre à Dieu, de prendre le document et de rentrer à la maison. C’est ainsi, à la maison j’ai pris connaissance du contenu et j’ai vu que je faisais l’objet de sanctions comme indiqué dans le document. Après tout, je me suis dit de ne pas réagir. Je me suis plié à la décision et j’ai rendu le thermoflash. J’ai continué d’accorder aux autorités tout le respect que je leur dois, et laisser Dieu s’en charger ».

Interrogé par rapport aux preuves de ces accusations, Karamo Solo précise que c’est le nommé Kalil Kaba en personne, qui est allé le rencontrer chez lui, après la décision du préfet, pour lui relater toutes les manoeuvres visant à ternir son image : « Après cette décision, Kalil, le fils de Karamo Bangaly, est venu de lui-même me voir à mon domicile. Durant plus de deux heures, il m’a donné tous les détails sur comment le complot contre moi à été préparé. Et il a juré sur le Coran pour me garantir la véracité de ses propos. Y a-t-il plus grande preuve que ça ? ».

Un nouveau préfet a remplacé Aziz Diop à Kankan et pour l’heure la nouvelle autorité n’aurait pas encore abordé le sujet. L’érudit quant à lui nous indique qu’il continue de se conformer à la décision. 

Abdoulaye KABA

Tribune : Jeunes politiques, sommes-nous une alternative rassurante ? (par Aliou Bah)

Previous article

Alpha Condé accuse : Mes adversaires ont une mentalité de putschistes. Quand Cellou Dalein Diallo dit… êtes-vous prêts à Mourir?…

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités