Actualités

Jeudi des Jeunes: «Soyons acteurs du développement et non un fardeau pour la nation» conseille Safi Emma Diakité

0

Elle est diplômée en master 2 stratégie et management des organisations touristiques à l’IST de Tanger. Safiatou Diakité organise depuis une année, une soirée uniquement dédiée au textile guinéen. A deux mois de la deuxième édition prévue fin mars à Conakry, cette entrepreneuse a accordé une interview exclusive à notre rédaction.

Pouvez-vous vous présentez s’il vous plaît?

Je suis Diakité Safiatou Emma, Gérante de la ligne de vêtements Emma Afro Fashion (EmAF) et organisatrice de l’Afro Fashion Night (AFN)

De quel constat êtes-vous partie pour initier ce projet?

Ma participation à une quinzaine d’événements culturels au Maroc à travers des expositions et des défilés de mode a suscité en moi l’envie d’initier mon propre événement. A cela s’ajoute ma volonté de servir la société qui m’a vue grandir. D’où la naissance de l’Afro Fashion Night qui est un événement annuel lors duquel EmAF présente de nouvelles collections puis utilise les bénéfices de la soirée pour une cause sociale. 

En quoi cet événement est-il bénéfique pour les jeunes ?

L’Afro Fashion Night n’est pas que bénéfique pour la couche juvénile. Cet événement qui allie parfaitement mode et société concerne toutes les générations. En plus d’inciter la jeunesse à valoriser le textile local, l’AFN s’assigne pour mission d’attirer l’attention de cette même jeunesse sur les maux qui gangrènent la société afin de l’ériger en porteuse de solutions au lieu d’être un problème pour la société. L’AFN c’est donc un événement qui informe, sensibilise, impacte et divertit la jeunesse dans son ensemble. 

La première édition a t-elle été une réussite ?

Par la grâce de Dieu, le premier coup d’essai s’est soldé par un succès. Nous saisissons l’occasion pour réitérer nos remerciements aux acteurs de cette réussite. Cependant, nous travaillons pour rehausser la barre à cette 2ème édition en apportant de considérables touches d’innovation. 

Quelles sont vos principales attentes à l’issue de cette deuxième édition?

Au lendemain de cette édition, nous espérons atteindre nos objectifs qui sont entre autres: influencer le public à porter le plus souvent nos confections locales; mettre en lumière la beauté et la richesse de la culture africaine; collecter des fonds pour planter le maximum d’arbres; communiquer autour du reboisement dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique; mettre en avant le concept de la beauté au pluriel en faisant défiler des personnes souffrant d’un complexe à cause de leurs traits spécifiques. Nous comptons aussi et surtout être à la hauteur des attentes de notre public. 

Quelle est la particularité de « L’afro fashion » par rapport aux autres événements de mode ?

Ce qui fait notre particularité est que l’AFN est un événement organisé par une ligne de vêtements EmAF, pour présenter ses nouvelles collections tout en servant la société, ce, en consacrant les bénéfices de la soirée pour une cause sociale annuellement définie. Plus loin, nous nous assurons à ce que notre thématique intervienne à tous les niveaux de l’organisation. Soit durant la conférence prévue en prélude au Fashion show, pendant le Fashion show à travers quelques collections et prestations artistiques sur le reboisement, ainsi que la journée de reboisement prévue à cet effet. De plus, cette année nous ferons défiler parmi nos mannequins un albinos, un infirme et une personne big size afin de donner une image plus inclusive au mannequinat guinéen. 

Vos conseils aux jeunes en général et en particulier à la gent féminine?

Aux jeunes, nous conseillons de prendre leur destin en main. Pour y arriver, l’entrepreneuriat est une voie certaine et la persévérance un outil d’une efficacité irréprochable dans tous les cas de situation. Se former, s’informer et exceller sont nos mots d’ordre adressés à cette jeunesse qui a tendance à s’égarer. Soyons acteurs du développement et non un fardeau pour la nation. Quant à la gent féminine, la responsabilité nous revient de nous affirmer. Misons d’abord sur la carte du travail avant de jouer à la carte de la victime. À mon sens, le problème majeur qui nous freine est celui de notre mentalité. Nous femmes, avons tendance à nous identifier aux princesses dans les contes de fées, la facilité gagne notre esprit à partir de ce moment. N’attendons pas qu’on nous tende les clés d’un château, bâtissons le. La femme par nature regorge d’énormes potentialités qui sommeillent en elle: courage, détermination, sérieux, capacité d’organisation, de gestion, abnégation, intelligence, etc. Il suffit de réveiller ces superpouvoirs et nous rendre compte de ce que nous pouvons accomplir. J’invite donc toutes mes sœurs à s’investir pour redorer l’image de la femme africaine. 

Merci au site ActuJeune m’ayant permis de m’exprimer sur des sujets d’intérêt général.

MCM

MUSIQUE: LA SENSATION DU MOMENT « ONE TIME » ANNONCE LA SORTIE DU CLIP DU HIT « N’TONDI »

Previous article

GUINEE: LE CONSEIL DES SAGES DES QUATRE RÉGIONS NATURELLES SE FÂCHE CONTRE LA COORDINATION HAALI-POULAR DE GUINEE. (Déclaration)

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités