Actualités

Exploitation artisanale de l’or à Siguiri : Des burkinabés menacés d’expulsion par les autorités.

0

Présents à Siguiri pour l’exploitation de l’or, des burkinabés ne sont plus la bienvenue dans cette localité depuis un certain moment. Leur méthode d’exploitation du métal précieux est jugée « sauvage » par les autorités locales.

Dans leur exploitation de l’or, ces burkinabés sont accusés de faire recours à des produits comme le cyanure, qui affectent la santé et l’environnement. En plus ils draguent les rivières et appliquent d’autres procédés pour atteindre leur objectif. Pourtant ces pratiques néfastes pour l’environnement sont interdites par la direction préfectorale de l’environnement de Siguiri dans l’exploitation de l’or.

Au cours d’une sortie médiatique le weekend dernier, la première autorité de Siguiri a haussé le ton contre la présence de ces « mossis », comme ils sont communément appelés dans la localité, rapporte un correspondant de Guineematin basé sur place.

Dans son intervention, le Colonel Moussa Condé s’en est également pris aux présidents de districts qui selon lui, auraient accueillis ces burkinabés dans leur zone.

« A partir de maintenant, tous les présidents de districts doivent veiller sur les mossis. Ces gens viennent détruire nos terres, ils dégradent notre environnement. Mais, je dis et répète, si jamais je prends un responsable local autorisant l’entrée des Mossis, tu auras à faire avec la loi et tu seras corrigé sévèrement. Parce qu’il y a deux ans maintenant que nous luttons contre ce fléau. Quand on les prend, on les débarque vers la frontière, c’est-à-dire à Kourémalé Mali », s’insurge t-il. Des propos rapportés par nos confrères.

Ces « mossis » mis en cause ne respectent pas les règles établies malgré tout. Cela par la complicité de certains qu’ils réussissent à corrompre. Plus de 90 burkinabés ont été expulsés la semaine dernière selon nos confrères, précise le tabloïd Guineematin.

Faut-il rappeler que pour certains, la Guinée est devenue un Eldorado où ils viennent se faire une santé financière, sans prendre la peine de se conformer aux règles et dispositions en vigueur dans le pays.

Mohamed Diawara

Kindia : Une mosquée vidée de son contenu par des individus non identifiés

Previous article

Sidiki Diabaté accusé d’avoir battu sa compagne : L’avocate de la victime rassure que le dossier ira « jusqu’au bout »

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités