Actualités

Discours du Premier Ministre, entre affirmation d’autorité et appel à la responsabilité (Décryptage)

0

Le Premier Ministre Chef du gouvernement, Dr. Ibrahima Kassory Fofana s’est adressé ce vendredi à la nation guinéenne, dans un discours long d’un peu plus de huit minutes, lu sur les antennes de la Radiodiffusion Télévision Nationale. Nous avons tenté de l’analyser afin de permettre à nos lecteurs de mieux se l’approprier et aussi, exprimer le regard que nous portons dessus.

D’entrée de jeu le premier ministre fait savoir que l’année 2020 sera une année décisive. Décisive en ce sens où elle devra normalement accueillir plusieurs élections notamment, la présidentielle, les législatives et le référendum sur le changement constitutionnel auquel son gouvernement et lui ont souscrit plusieurs mois auparavant. Il précise que ce sera un tournant important pour amorcer une nouvelle ère et qu’en cela les guinéens devraient être responsables et mettre la Guinée au dessus de tout. Il martèle également le caractère unitaire et indivisible du pays.

Il se penche sur l’égalité des citoyens face à leurs droits et devoirs et l’obligation pour l’Etat de les protéger tous: ceci en réaction aux multiples reproches faits à l’Etat guinéen dans le traitement inégalitaires des citoyens face à la justice, à la lumière des nombreux crimes et violences enregistrés ces derniers mois et souvent mis à l’actif des services de sécurité donc par ricochet de l’Etat.

Il a insisté sur l’esprit républicain qui doit caractériser les actions menées par les différents acteurs: ceci en réaction à l’appel à la désobéissance civile du FNDC dans le cadre de sa « résistance active et permanente ». 

Il est revenu sur les événements en cours en Moyenne-Guinée, déploré les cas de morts, les destructions d’édifices publics et attaque contre les symboles de l’État et les commis de l’administration publique. D’un ton ferme, il en a appelé à la fin des violences tout en rappelant l’éventualité de poursuites judiciaires contre les réfractaires: une rappel à l’ordre mais aussi et surtout, une façon pour lui d’assumer son rôle de chef du gouvernement, dont la responsabilité première est d’assurer l’ordre public. L’Etat étant le seul à avoir le monopole de la violence légitime dit-on, mais encore faudrait-il l’exercer dans la légalité.

Le PM a rappelé également l’hospitalité légendaire des populations guinéennes en général et celles foutaniennes en particulier. Des populations qu’il croit tolérantes et patientes: c’est un clin d’œil fait aux populations du Fouta, les conviant à préserver la cohésion au sein de l’ensemble commun qu’est la Guinée, en se considérant comme une partie intégrante de la Guinée donc en restant soumis aux lois de la République. 

Il a transmis l’appel au calme et à la retenue du président de la République et son message aux citoyens à ne pas céder aux provocations et tentations de violences. Il a exprimé la compassion du celui-ci aux victimes ainsi que son instruction donnée au gouvernement pour que soient rendue justice et établie la vérité tel que l’exigent légitimement les victimes: C’est l’une des parties les plus marquantes de ce discours; la réaction du chef de l’Etat. Une réaction attendue, dont les uns et les autres espèrent qu’elle ira concrètement dans le sens de l’apaisement. Plusieurs voix se sont soulevées pour inviter le Chef de l’Etat à intervenir, à exprimer officiellement à chaque occasion, sa compassion aux victimes tout en les rassurant que l’Etat les entends et leur accorde son attention. Cette transmission des mots du président sera t-elle suffisante? Il est d’une nécessité impérieuse qu’ils soient accompagnés d’actions immédiates fortes et concrètes, allant dans le sens de l’apaisement, de l’implication des autorités judiciaires et policières dans le rétablissement de la vérité et de la justice sur les cas d’exactions commises qui prêtent malheureusement le flanc au jeu des extrêmes communautaristes. Aussi, rassurer les citoyens sur notre unité de destin et notre appartenance à la même Nation, la Nation guinéenne. À côté, entamer des démarches permettant aux différents acteurs de transcender leurs égos, les faire converger vers le même idéal, celui d’une Guinée en paix, avec ses fils et avec elle-même.

Le premier ministre a exprimé la détermination de l’équipe gouvernementale qu’il conduit, à ne pas se laisser noyer par ses détracteurs, tout en précisant que seul un dialogue constructif est l’unique alternative à la résolution des problèmes de la Nation: un discours équivoque qui caresse le camp d’en face en l’invitant au dialogue mais qui tonifie l’autorité du pouvoir, son autorité. Il a terminé son dis ours par un appel à la responsabilité de chacun des acteurs devant la nation, devant l’histoire.

Le mot responsabilité est d’ailleurs l’un des plus récurrents dans cette adresse. Aura-t-elle un effet atténuant sur les antagonismes déjà fortement exacerbés? Seul Dieu sait. Attendons de voir!

Comme il l’a dit, Vive la République et Vive l’unité nationale. 

D.M

Crise politique en Guinée: Le FNDC interpelle la communauté internationale avant qu’il ne soit tard (communiqué)

Previous article

LES ACTU’BRULANTES DE LA SEMAINE: CETTE SEMAINE AUSSI SERA TENDUE EN GUINEE

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités