Actualités

CPI/Côte d’Ivoire : Fatou Ben Souda remet en cause l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

0

Après avoir réclamé à cor et à cri l’invalidation du procès, Fatou Ben Souda et son équipe du parquet ont trois jours pour faire annuler l’acquittement de Laurent Gbagbo et de son ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé à compter de ce lundi. 

Les juges d’accusation dénoncent les vices de procédure commis par la chambre de première instance.

L’acquittement de l’ancien président ivoirien, fait à l’oral, avait eu lieu le 15 janvier 2019 après que les juges de la chambre de première instance aient tranché. Les détails sur les raisons de cette absolution, rédigés dans un mémoire écrit, ont été présentés six mois plus tard. 

La substitut du procureur évoquait ce matin le fait que les magistrats avaient remis leurs motivations écrites six mois après avoir décidé d’acquitter les deux leaders ivoiriens.

Les accusateurs pointent du doigt l’étroitesse du temps consacré à l’analyse des dossiers dabs des propos relayés par RFI « les juges ne pouvaient pas avoir eu le temps d’analyser les 4 600 pièces à conviction et les 96 témoignages présentés au cours des trois années dédiées à l’accusation ». Ils estiment donc que cela a eu un impact sur le résultat final, c’est-à-dire l’acquittement.

La partie civile conteste les procédures qu’elle croit « fondamentalement injustes » ainsi que les divergences entre les trois juges. Maître Paolina Massidda estime que le procès n’a pas permis de faire la lumière sur la crise de 2010-2011 : « Le droit à la vérité, à la justice et éventuellement à des réparations a été biaisé en raison de l’incapacité de la chambre de première instance à mener une procédure équitable. Nous avons identifié plusieurs erreurs dans la décision écrite des juges. Ils ne sont pas parvenus à faire la lumière sur la crise post-électorale en Côte d’Ivoire. » nous rapporte RFI.

Les avocats des prévenus rejettent quant à eux cet argumentaire. Ils mettent en avant le fait que la procureure a eu deux ans pour mener ses investigations et rassembler les preuves. « Quelle justice aurait été rendue si les juges avaient attendu six mois de plus pour rendre leur décision », s’interroge Me Jacobs sur RFI.

C’est donc reparti pour trois jours de débats à compter de ce lundi. Ils se tiendront de façon exceptionnelle en raison de la pandémie liée au Covid-19. L’audience sera semi-virtuelle 

Trois juges sur cinq siègent dans la salle d’audience, certains acteurs du procès participent à l’audience depuis une autre pièce du tribunal. Contrairement à Laurent Gbagbo depuis sa résidence de Bruxelles et son avocat principal Me Emmanuel Altit, qui suivent le procès par vidéoconférence, Charles Blé Goudé lui, s’est rendu ce matin à la Cour en vélo, nous explique la radio mondiale française.

Actujeune.com

Facilité de Crédit Rapide : Le FMI approuve un décaissement d’environ 148 millions USD pour la Guinée (Ministre de l’économie)

Previous article

Mamou/Porédaka : Une fillette âgée de cinq (5) ans violée pendant qu’elle se baignait au marigot

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités