Actualités

Coyah : Des bandits sèment la terreur et tuent deux personnes à Sanoyah

0

Un drame est survenu, au quartier Sanoyah dans la préfecture de Coyah, dans la nuit du samedi à ce dimanche 27 septembre. Des bandits armés ont tué deux personnes et blessé une autre, dans deux braquages successifs.

C’est aux environs de 23 heures, qu’Abdoulaye Bangoura qui était assis devant sa maison en compagnie de son ami et son fils Seydouba, a reçu la visite de quatre bandits armés et masqués. Son ami revient sur les faits :

« J’étais assis avec mon défunt ami devant sa concession. Entretemps, on a aperçu 4 hommes, tous armés. Ils ont commencé à proférer des injures et des menaces à notre égard. Après, le fils de mon ami est allé se jeter sur l’un d’eux, mon ami aussi s’est jeté sur un autre et ils sont tombés. Au moment il se levait, les autres ont fait des rafales. C’est ainsi que mon ami Abdoulaye a été atteint par deux balles au niveau du ventre. Après, On a transporté mon ami dans une clinique d’à-côté, mais le médecin nous a demandé de le transférer d’urgence à l’hôpital préfectoral de Coyah. Quand on est arrivés là-bas, vu qu’il saignait beaucoup, le médecin a décidé de lui faire quelques soins pour pouvoir l’évacuer à Donka. Ils sont restés à faire ces soins jusqu’à 2 heures du matin, il a rendu l’âme », explique Ansoumane Keïta, ami de la victime. Le fils du défunt s’en est tiré avec une légère blessure.

Ces mêmes bandits venus braquer une boutique à 500 mètres du premier lieu, ont tiré sur Mory Condé pensant qu’il était venu secourir le boutiquier.

« La victime était partie acheter du pain, comme d’habitude, pour sa famille. A son retour, il a trouvé les bandits en train de piller une boutique. Le boutiquier appelait au secours. Lui, il était de passage, mais les bandits ont pensé qu’il venait secourir le boutiquier. Donc, ils ont tiré sur lui, le blessant à la main. Le monsieur s’est efforcé pour sortir de sa voiture, et immédiatement, il a reçu plusieurs autres balles et a rendu l’âme », explique un témoin.

Une enquête est ouverte par les autorités pour situer les responsables de ces crimes.

Aïssatou Djibril

Massacre du 28 septembre : « Les victimes vivent dans la précarité la plus absolue », confie un avocat

Previous article

Massacre du 28 septembre : La date du procès sera communiquée après les élections (procureur)

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités