Actualités

Affaire Soro : L’État ivoirien se fâche et retire sa déclaration de compétence à la Cour Africaine des Droits Humains

0

L’Etat ivoirien vient de retirer sa « déclaration de compétence » à la Cour africaine des droits de l’homme. Une décision prise au lendemain de la condamnation par la justice ivoirienne, de Guillaume Soro, à une lourde peine d’emprisonnement et une amende pécuniaire importante. Bien avant, le 22 avril dernier plus précisément, la cour exigeait à la Côte d’Ivoire de suspendre toute action judiciaire à l’encontre de son ancien président du parlement.

La CADHP ne pourra plus être saisie ni par un citoyen, non plus pour une organisation, pour une quelconque affaire impliquant l’Etat ivoirien. C’est un communiqué du gouvernement qui l’a annoncé ce mercredi 28 avril. « Des graves et intolérables agissements » de la Cour Africaine des droits humains sont dénoncés peut-on y lire.

Copie Communiqué du gouvernement ivoirien

La semaine dernière, l’institution judiciaire de l’Union Africaine décidait de l’annulation du mandat d’arrêt international et de la cessation de toute poursuite contre Guillaume Soro, tout en invitant la Côte d’Ivoire à lui permettre de participer à la prochaine joute électorale, pas sans exiger la libération de ses proches arrêtés depuis plusieurs mois.

Cette décision n’est pas restée sans conséquence. Elle a d’abord sérieusement irrité le pouvoir d’Abidjan. La justice ivoirienne a d’abord commencé par condamner Guillaume Soro. Ensuite, le gouvernement d’Alassane Ouattara, dans un communiqué accuse la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), d’atteinte à la souveraineté de l’Etat, à l’autorité et au fonctionnement de la justice. Il dénonce également les actions de l’institution judiciaire qui selon lui, seraient de nature à entraîner une grave perturbation de l’ordre juridique interne des États, et de saper les bases de l’Etat de droit. En conséquence, retirer la Côte d’Ivoire du protocole.

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Aly Coulibaly a rassuré l’opinion nationale que la présente décision n’aura aucune incidence sur les dernières décisions de la justice ivoirienne. Ça ne met pas en cause les décisions qui ont déjà été rendues. C’est à partir d’aujourd’hui que l’État de Côte d’Ivoire a décidé de retirer sa déclaration de compétence de la Cour », a-t-il déclaré.

L’ONG Amnesty International n’a pas tardé à réagir à cette décision. Pour elle, « Retirer aux individus et ONG le droit de soumettre directement des plaintes à la Cour marque un recul pour les droits humains en Côte d’Ivoire »

Un feuilleton politico-judiciaire que notre rédaction suivra de très près.

Actujeune.com

Si le confinement se poursuit, 7 millions de grossesses non désirées sont prévues dans 114 pays (UNFPA)

Previous article

Football : La Ligue de Football Professionnel déclare le Paris Saint-Germain Champion de France

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualités